Comprendre le protectionnisme de Donald Trump

Extrait de « mondialisation à la dérive. Europe sans boussole » (commander sur http://www.amazon.fr)

Donald Trump a réveillé la tentation protectionniste des Républicains. Il l’a même exaltée. Mais il ne l’a pas créée. Il redonne vie à une idéologie plus unilatérale qu’isolationniste et qui n’aime porter son regard que sur l’Amérique. Ce libéral issu d’un pays si peu impliqué dans la mondialisation, dénie au marché et au capitalisme mondial le droit de réallouer les productions dans les régions où elles seront les plus efficaces. C’est la mondialisation de la chaîne de valeur qu’il attaque en espérant bien que ses menaces protectionnistes favoriseront la relocalisation d’activités égarées en Asie ou en Europe. Tel était bien l’objet de la renégociation de l’ALENA qui a surtout abouti au durcissement des règles d’origines.

Le Président Trump ne s’intéresse au Monde qu’attiré par quelque bénéfice à saisir. Il rompt ainsi non seulement avec l’internationalisme démocrate, mais aussi avec l’intermède « néo-conservateur » de George Bush Jr qui conférait à l’Amérique la mission d’apporter l’économie de marché et la démocratie aux pays qui ignoraient ses vertus. Le slogan de Donald Trump, « America First » est ainsi repris d’une multitude de « comités » ou de partis éphémères qui ont en commun un isolationnisme qui ne se dissimule plus derrière le pacifisme, comme en 1940, le « comité America First » de Charles Lindbergh. Mais Donald Trump propage une vision plus cynique selon laquelle l’Amérique gaspillerait sa puissance en cédant trop aisément aux autres au lieu de la mettre au service des seuls intérêts de l’Amérique. Il puise sa science dans son passé de businessman qui, assuré de son expérience dans les affaires, se voit extraordinaire négociateur y compris avec Vladimir Poutine, Xi Jinping et Kim Jong-un, plus d’ailleurs qu’avec Angela Merkel ou Justin Trudeau !

Le « multilatéralisme » issu de l’après-guerre repose sur le postulat d’un jeu « gagnant-gagnant » qui impose des règles stables et négociables. À contrario, l’ « unilatéralisme » de Donald Trump ne croit qu’à la fatalité d’un jeu gagnant-perdant. « Nous faisons autant de perte que l’étranger fait de gain » disait déjà, quatre siècles plus tôt, le mercantiliste Antoine de Montchestien (1575-1621) dans son Traité d’économie politique. Si l’« internationalisme » hérité de Wilson ou de Roosevelt considère que ce qui est mauvais pour le Monde risque fort de l’être aussi pour l’Amérique, l’ unilatéralisme de Trump postule que ce qui est bon pour le Monde est nécessairement mauvais pour les Etats-Unis. Comme tout mercantiliste primaire, l’abyssal déficit commercial américain, qui se situe autour de 800 milliards de dollars, serait la preuve de leur statut de perdant alors même que leur puissance les prédestine à être « gagnants ». Dès lors « Les guerres commerciales sont bonnes et faciles à gagner » comme il l’affirme dans un de ses tweets qui, peut-être, restera dans l’histoire.

Le raisonnement ne se contente pas d’être faux : c’est un contresens et une erreur d’analyse qui risque, cette fois, de faire payer au Monde les inconséquences de la politique économique américaine. Le déficit commercial américain, d’ailleurs à moitié couvert par son excédent dans les services, est dû au simple fait que l’Amérique dépense plus qu’elle ne produit. Elle doit donc s’endetter pour couvrir la différence, ce qui ne lui pose aucun problème puisque le Monde achète, vend et prête en dollars. C’est grâce à son hégémonie monétaire que l’Amérique peut donc offrir durablement à ses citoyens plus qu’ils ne produisent quitte, parfois, à ce qu’ils s’endettent au-delà de toute raison et déclenchent des crises financières mondiales, comme en 2007 avec la crise des subprimes. Les autres pays déficitaires n’ont pas cette chance.

Le déficit américain est ainsi la preuve de son hégémonie, pas de sa faiblesse. Quant aux pays excédentaires – l’Allemagne, la Chine, …- le statut de « gagnant » que leur confère Donald Trump signifie seulement qu’ils se privent en dépensant moins qu’ils ne produisent. Ils dégagent ainsi un surplus qui financera … le déficit américain et l’endettement des ménages.

C’est aussi parce que les Etats-Unis ont cette capacité de créer la monnaie internationale que le Président Trump peut impunément creuser son déficit budgétaire en abaissant spectaculairement les impôts. Cette politique fera bondir une dette publique qui devrait atteindre rapidement 120% du PIB et … creuser le déficit commercial. N’importe quel économiste sait que si l’effet sur la croissance est quasi immédiat, ce qui permettra au Président d’afficher des résultats économiques remarquables, il crée d’autant plus de déséquilibres que l’économie américaine est déjà en croissance et en quasi-plein emploi. Dans une économie en surchauffe, les Etats-Unis s’endetteront davantage, certes, mais avec des taux d’intérêt à la hausse qui contraindront les autres pays à les suivre ou à accepter la fuite des capitaux et la dépréciation de leur monnaie. La politique américaine a déjà plongé dans la crise des pays émergents fragiles comme la Turquie, l’Afrique du Sud, le Brésil ou l’Argentine.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s