Keynes, le « Lappin » de Virginia Woolf ?

John Maynard Keynes (Maynard pour les intimes) et Virginia Woolf étaient amis et rivaux. Ils aimaient se voir, se disputer et se critiquer. Tous appartenaient à un groupe d’intellectuels et d’artistes -le groupe de Bloomsbury- athée, pacifiste et libéré.

En avril 1939, Harper’s Bazaar publiait une très courte nouvelle de Virginia Woolf, « Lappin et Lapinova » mettant en scène un couple marié dont l’amour se délite avec la fréquentation de l’insupportable famille du Monsieur et finit par se briser quand s’épuise leur petit jeu anodin qui consiste à … imiter le lapin qui remue le nez en mangeant.

Il fallait un nom plus cocasse que Rabbit. Certes « Bunny » aurait pu être choisi mais c’était celui adopté par un intime de Virginia, David « Bunny » Garnett (qui épousera plus tard la nièce de Virginia, Angelica)[1]. Le couple se surnommera donc « Lappin » (avec deux p peut-être pour rappeler les deux b de rabbit) pour lui et « Lapinova », pour elle.

Le surnom de Lapinova donné à l’épouse évoque un nom de danseuse des Ballets Russes. Et justement, Lydia Lopokova, l’épouse de Keynes avait accompagné Diaghilev. Elle fut ainsi la partenaire de Nijinsky et de Massine. Le couple Keynes ne dédaignait d’ailleurs pas les surnoms tendres et ridicules comme « Maynarochka » pour l’un et  « Lydochka » pour l’autre.

Lydia Lopokova, danseuse des Ballets Russes de Diaghilev

On trouve dans le texte d’autres passages qui confortent l’idée que Mrs et Mrs Keynes ont inspiré les personnages de Lappin et de Lapinova.

Ainsi la scène initiale du mariage est une description exacte de la quasi-émeute qui, le 4 août 1925, attendait John Maynard Keynes et Lydia Lopokova à la sortie du St Pancras Registry Office : « Ernest [Lappin]conduisit sa jeune épouse jusqu’à la voiture, frayant son chemin dans cette petite foule de curieux anonymes qui, à Londres, s’amassent toujours pour profiter du bonheur et du malheur des autres ». Virginia Woolf avait boudé ce mariage que d’ailleurs, elle désapprouvait. Mais le témoin du marié, Duncan Grant, compagnon de sa sœur Vanessa, lui avait immanquablement tout raconté[2].

1925: The wedding of the British economist John Maynard Keynes and the Russian ballet dancer M Lydia Lopokova. (Photo by Central Press/Getty Images)

La description que fait Virginia Woolf de « Lappin » pourrait tout aussi bien s’appliquer à Keynes : « … ce jeune homme pimpant et musclé, nez droit, yeux bleus, bouche bien dessinée » . chic de Kensington.

« nez droit, yeux bleus, bouche bien dessinée … »

Quand elle écrit « Son nez remuait très légèrement quand il mangeait » elle ne peut ignorer qu’à Eton, Maynard avait été affublé du surnom de « snout » (museau). Dans son Journal, parfois dans ses lettres, l’anorexique Virginia Woolf ne manquait jamais une occasion de déplorer la manière de Maynard de se comporter à table. Il mangeait trop gloutonnement au goût de l’écrivaine, élevée dans le quartier

Virginia, tout comme sa sœur Vanessa ou son beau-frère, Clive Bell, considéraient que le mariage entre l’intellectuel et la ballerine était mal assorti. Elle déplorait l’inculture et les manières rustiques de Lydia. Dans sa nouvelle : « Il était le roi Lappin ; elle, la reine Lapinova . Ils étaient opposés en tout ; lui hardi et résolu ; elle, circonspecte et changeante. Il régnait sur le monde actif des lapins ; elle vivait dans un monde désert, mystérieux ».

L’allusion au roi et à la reine n’est pas non plus anodine. Virginia s’agaçait du côté dominateur de Maynard. Dans le journal satirique familial Virginia et ses neveux, Julian et Quentin Bell, s’amusaient à se moquer du côté « royal » du couple : « Nous apprenons que la nouvelle selon laquelle les Keynes seraient à Tilton [la maison de campagne de Keynes, voisine de la maison de Vanessa Bell, Charleston] a maintenant été confirmée. La raison pour laquelle ils n’arborent pas de drapeau pour indiquer qu’ils sont en résidence (comme, pensons-nous, ils ont l’intention de le faire à l’avenir) est que le prix des Union Jacks a tellement augmenté en raison de la réintroduction de l’étalon-or que seuls les drapeaux rouges sont maintenant à un  prix abordable. Les Keynes ont préféré s’en passer« .

On peut se demander si l’insupportable famille de « Lappin » ne figure pas Bloomsbury qui ne penserait qu’à tuer les petits lapins comme elle (son beau-frère Clive Bell qui détestait Lydia était d’ailleurs un chasseur impénitent). Ce serait une auto-flagellation qui, compte tenu de la personnalité troublée mais lucide de l’écrivaine ne serait pas complètement surprenante.

C’est quand le couple « Lappin et Lapinova » cesse de s’identifier aux lapins que « finit ce mariage ». Virginia ne pensait-elle pas que dès que le charme de Lydia se serait émoussé, le couple Keynes éclaterait ? Jusqu’à quel point l’écrivaine s’identifiait-elle à la ballerine ? Son couple compliqué avec Leonard ne se nourrissait-il pas le fantasmes d’autres facéties ?

Les lapins de Tilton n’ont pas été tués. Le couple Keynes restera uni jusqu’à la mort de  l’économiste en 1946.

Certes, publiée en 1939, les critiques pensent que la nouvelle aurait été écrite en 1919. À cette date, Lydia, danseuse vedette des Ballets Russes, a bien été présentée à tout Bloomsbury … L’idylle ne commencera que quelques années plus tard. Toutefois, comme personne n’est certain de la date exacte, toutes les hypothèses reste possible.

La nouvelle « Lappin et Lapinova » figure dans le volume 2 des « Œuvres romanesques » de Virginia Woolf dans la Pléiade, éditions Gallimard. Elle est également reprise dans « Romans et Nouvelles » au Livre de poche.


[1] Ce qui ne l’empêche pas d’écrire « Bunny  évoquait un être rondouillard, mou et ridicule ». David Garnett devait son surnom à sa mère, traductrice d’auteurs russes qui faute de vison ou de renard blanc, l’habillait d’un manteau en peau de lapin. Garnett a toujours tenu à rester « Bunny ».

[2] À la mode « libérée »de Bloomsbury, Duncan Grant, était l’ancien amant de Keynes  et de « Bunny » Garnett et le père biologique d’Angelica Bell, la nièce de Virginia Woolf,…

Esther Duflo, « Un grand moment keynésien ». Oui, mais lequel ?

Mon livre « Mondialisation à la dérive. Europe sans boussole » téléchargeable gratuitement au format e-book jusqu’au 4 avril 2020

Ce matin, 31 mars 2020, sur les antennes de France Inter, Esther Duflo a affirmé et réaffirmé que nous étions dans un « grand moment keynésien ».

Pour beaucoup, y compris pour notre talentueuse Prix Nobel, ce « moment keynésien » ne peut être que celui  d’un retour redouté au chômage de masse dû à une insuffisance de la demande. La politique économique adéquate serait alors  « keynésienne » et passerait par une augmentation des dépenses publiques pour soutenir la demande.

Avant de passer à la critique, un petit aparté. Contrairement à ce qui est souvent affirmé ou sous-entendu, y compris par quelques brillants économistes, le « new deal » rooseveltien n’est pas la relance « keynésienne ». On sait d’ailleurs  que le Président américain ne supportait pas l’économiste anglais qui ne manquait pas de le critiquer. Roosevelt, tout comme son Secrétaire au Trésor, Morgenthau Jr, étaient en effet acquis à l’orthodoxie de l’équilibre budgétaire : l’augmentation des dépenses publiques devait être financée par l’impôt (d’où les taux marginaux très élevés qu’on ne manque plus de rappeler) alors que Keynes, au contraire considérait le déficit même pas comme un mal nécessaire mais comme consubstantiel à la relance.  De fait, l’Amérique du New Deal avait replongé en 1937.

Pourtant, comme l’a rappelé récemment le biographe de Keynes, Lord Skidelsky[1],  il existe un autre grand moment « keynésien », un peu oublié mais sans doute plus pertinent aujourd’hui. C’est celui de la mise en place d’une économie de guerre. On doit alors remiser la Théorie générale (1936) pour ouvrir How to Pay for the War (1940) qui en prend l’exact contrepied. Comme aurait dit Keynes lui-même (mais c’est une citation sans doute apocryphe) : « Quand les faits changent, je change d’idée. Et vous, que faites-vous, Monsieur? ».

Qu’est-ce qui aurait donc changé entre les années 1930 et 1940 ? Tout.

Une grande partie des travailleurs a quitté les usines pour l’armée. Le chômage s’est évanoui et les capacités de production sont insuffisantes pour produire à la fois « le beurre et les canons ».  L’Angleterre ne produit pas assez de beurre et se languit des livraisons américaines de canons. En d’autres termes, la question économique n’est plus l’insuffisance de la demande mais son excès, non par rapport aux besoins des individus, bien sûr, mais relativement aux exigences d’une économie de guerre où les capacités de production sont contraintes et préemptées. Pour éviter l’inflation, le gouvernement anglais choisit le rationnement contre l’avis de Keynes. Que propose-t-il  à la place ? Notamment réduire la demande en l’ajustant à l’offre par l’augmentation des impôts (particulièrement pour les riches, il est vrai, mais pas seulement) ce qui aurait deux avantages : limiter le rationnement et laisser les consommateurs libres de leur choix de consommation (Hayek lui-même approuvait les recommandations de son ennemi préféré, c’est dire !). De plus, cette politique faciliterait la sortie de guerre, l’obsession de Keynes dès 1940. Elle limiterait le risque d’inflation. De fait, le rationnement a été maintenu en Angleterre  jusqu’à la fin des années 1940…

De même qu’au début des années 1940 les keynésiens purs et durs avaient moins bien compris que Keynes lui-même  la rupture provoquée par la guerre, les économistes « keynésiens » d’aujourd’hui (fraichement reconvertis parfois) ont une fâcheuse tendance à rester campés sur une position pré-Covid-19.

À cette époque, c’est-à-dire  il y a moins de trois mois -autant dire un siècle !- , le ralentissement d’une croissance soutenue à bout de bras par la politique monétaire, pouvait certes justifier des politiques budgétaires plus actives qui s’affranchiraient de l’ « orthodoxie budgétaire ». Le FMI et Christine Lagarde ne se lassaient-ils pas des gouvernements qui attendaient un peu trop de la seule politique monétaire ?

Pourtant la crise économique qui se dessine nous  rapproche davantage de 1940 que des années 1930 ce qui n’est d’ailleurs pas une bonne nouvelle.

Quelle sera donc la sortie de crise sanitaire puisque telle est la question ?

Pour Esther Duflo et bon nombre d’économistes, ce sera une insuffisance de la demande. La perte de revenu et la mise au chômage des travailleurs conduiraient à un scénario « grande récession », ce qui justifierait des politiques de relance dont on ne sait si elles se situeraient dans le moment  « Rooseveltien » (augmentation des impôts, sur les « riches ») ou dans le moment « Keynésien » 1936 (déficit budgétaire assumé). Les deux, mon Général, croit-on comprendre en écoutant l’économiste du MIT.

Mais l’insuffisance de la demande est-elle le premier défi qu’affrontera l’économie mondiale post-Covid ? Ne risque-t-on pas plutôt, transitoirement peut-être, un excès plutôt qu’une insuffisance de demande ? La production ne prendra-t-elle pas un certain temps avant de se rétablir et répondre à une demande qui pourrait exploser. Les ménages -sinon les entreprises (reconstitution des stocks pour certaines d’entre elles,…)-  de facto rationnés pendant la période de confinement ne pourraient-ils pas  provoquer un choc positif de demande, éventuellement amplifié par un besoin de compensation qui favoriserait une consommation boulimique.

On ne peut y échapper. La réduction « exogène » de l’offre doit conduire à une réduction de la demande. Si, aujourd’hui, le confinement assure cet ajustement, il n’en sera pas de même une fois celui-ci levé.

Préserver le pouvoir d’achat est pourtant  une obligation sociale et politique. Il préserve surtout le potentiel de production en limitant les faillites et les licenciements ce qui n’est pas rien. Néanmoins, soutenir ce traitement social de la crise, peut-être même l’intensifier, ne doit pas nous empêcher d’en évaluer les risques, notamment un excès de demande par rapport à une offre transitoirement insuffisante.

La réponse « keynésienne » (version 1940) à cette surchauffe serait une hausse des impôts qui viserait un spectre relativement large de ménages -puisqu’il s’agirait de contenir la demande et non, comme chez Esther Duflo, de financer le déficit- avec éventuellement, comme Keynes le concédait en 1940, la promesse d’un remboursement futur. L’acceptabilité de ce type de mesure est pourtant loin d’être acquise, tout particulièrement en France qui a toutes les raisons de redouter une explosion sociale.

L’absence de médicaments peut certes tuer le malade, mais trop peut le tuer tout autant, par empoisonnement ou par effets secondaires. La « relance » entendue comme un déficit budgétaire est inévitable même si elle est plus subie que choisie. Elle accompagne toutes les guerres. Mais mal dosée et mal ciblée, elle a aussi accompagné beaucoup de souffrances et de désastres d’après-guerre.

En rajouter encore en confondant la crise actuelle avec celle des années 1930, et en menant des politiques « keynésiennes » de relance (au sens de 1936) pour répondre à une crise de demande qui n’est pas avérée, serait contre-productif avec de sérieux risques d’inflation qu’une possible « déthésaurisation » de l’épargne accumulée par les ménages pourrait encore amplifier.

Et si relance de la demande  il doit y avoir, elle devra attendre que la production ait retrouvé sa capacité d’y répondre.

On savait depuis longtemps que l’économie n’était pas une science exacte et que ses prévisions ne valaient pas toujours mieux qu’un tirage aléatoire.  On savait aussi qu’elle pouvait se tromper de diagnostic. On ne se consolera pas en constatant que l’épidémiologie ne fait guère mieux.


[1] (https://www.project-syndicate.org/commentary/keynes-how-to-pay-for-war-against-covid19-by-robert-skidelsky-2020-03)

L’avenir des traités commerciaux

Télécharger (pdf) Texte complet

En savoir plus

Le libéralisme des traités commerciaux est un malentendu qui s’est confirmé paradoxalement avec la libéralisation des échanges sur une base certes multilatérale mais aussi, pour les pays en développement, unilatérale. Auparavant, l’expérience des années 1930 avait promu une conception opposée qui voyait dans les traités bilatéraux des « blocs protectionnistes ». Les États-Unis ne considéraient-ils pas l’Europe comme une « forteresse » ?

Quel est l’avenir des traités commerciaux  ?

Le soutien politique ou populaire à de tels traités est très léger et leur prolifération dans les années 1990-2000 est un sujet d’étonnement. Les « mondialistes » commencent à en percevoir les limites quand les « alter-mondialistes » et la société civile persistent à n’y voir qu’un approfondissement de la mondialisation en ignorant ou en sous-estimant ses effets protectionnistes soit par les restrictions qu’ils introduisent, soit par les règles d’origine.

Les offensives de Donald Trump pourraient contribuer à réhabiliter la vision protectionniste des traités commerciaux. Si l’ALENA, le premier grand accord commercial d’après-guerre des États-Unis, accompagnait l’ouverture du Canada et du Mexique aux exportations américaines et leur insertion dans une chaîne régionale de valeur, notamment dans l’automobile, sa renégociation, conclue sous l’épée de Damoclès de « sanctions commerciales » en accentue les effets protecteurs : règles d’origine extrêmement contraignantes, respect du droit des travailleurs et normes salariales.

Progressivement, les futurs accords commerciaux pourraient être davantage justifiés par la volonté de réguler  le commerce et de facto, de le limiter que ce soit, par exemple, pour durcir le droit de propriété intellectuelle comme le souhaitent les industries de haute technologie ou imposer des normes environnementales ou de travail comme l’exige la société civile.  

La mise à mort de l’Organisation Mondiale du Commerce

Les sept juges de l’organe d’appel. Mais c’était avant….

A partir de ce mercredi 11 décembre, la procédure de règlement des différends de l’Organisation Mondiale du Commerce ne pourra plus fonctionner. Pourquoi ? Parce que cette instance normalement composée de 7 juges n’en comptera plus qu’un seul alors qu’ils doivent être trois pour conclure un recours.

Cette situation inédite est imputable aux États-Unis qui s’opposent à la nomination de nouveaux juges ou au renouvellement des anciens. En effet, les décisions se prennent par consensus et les États-Unis, tout comme les autres membres, d’ailleurs, disposent d’un droit de veto. Certes, en cas de blocage, les textes de l’OMC permettent de passer à un système de vote majoritaire de type  « un pays, une voix » mais tout le Monde préfère l’ignorer plutôt que de déclencher une petite révolution institutionnelle qui romprait avec l’usage  et risquerait d’ouvrir une boîte de Pandore.

On peut toujours adresser des critiques à l’encontre de cette procédure de règlement des différends, mise en place avec l’OMC en 1995 et qui faisait de l’organe d’appel une sorte de cour suprême chargée de résoudre pacifiquement les conflits commerciaux quitte à autoriser des sanctions commerciales (plus une compensation des préjudices qu’une « vraie » sanction, d’ailleurs). L’OMC est la seule organisation multilatérale disposant d’un tel pouvoir.

C’est un peu par accident qu’en 1994, les États-Unis avaient accepté de ratifier le traité créant l’OMC et sa procédure de règlement des différends. A bien y regarder, en d’autres temps, cette ratification eut été impossible tant le traité contredisait deux grands principes de la politique internationale américaines, à savoir :

  • La procédure de règlement des différends, est une atteinte à la souveraineté nationale et aux prérogatives du Congrès. N’interdit-elle pas aux États-Unis d’adopter des sanctions commerciales qui ne seraient pas avalisées par l’OMC ? Pire encore, l’Organe d’appel ne serait-il pas amené à interpréter les textes et à imposer sa jurisprudence ?
  • Le multilatéralisme, dont l’OMC est une incarnation, ne s’entend que sous leadership américain rendant difficilement acceptable une institution aussi  indépendante que l’Organe d’appel.

Dès lors, seul un contexte extraordinairement favorable pouvait rendre possible la ratification. Ce fut la chute du mur de Berlin, l’éclatement du bloc soviétique et la perspective d’une « fin de l’histoire » qui ouvrirait la perspective d’un Monde post-hégémonique gouverné en dernière instance par des institutions mondiales bienveillantes. Le Président Clinton avait néanmoins concédé aux Républicains que le principe selon lequel le Congrès pourrait décider le retrait de l’OMC si les États-Unis étaient trop souvent « injustement » condamnés.

Les États-Unis n’ont pas attendu Donald Trump pour douter des vertus du multilatéralisme post-hégémonique. Les administrations précédentes, Bush Jr et Obama l’avaient déjà remis en cause en posant quelques banderilles mais sans parvenir à imposer une alternative crédible. Le Président actuel entend lui, porter l’estocade et transformer en refus ce qui n’était que réticence : les États-Unis sont suffisamment puissants pour imposer les règles qui les arrange et ce n’est certainement l’OMC qui les en empêchera… Ceci dit, on notera qu’en France, l’altermondialisme est né d’une condamnation de l’interdiction européenne d’importer de la viande de bœuf (le fameux « démontage » du MacDo de Millau …).

Ne nous faisons pas d’illusions. On peut adresser toutes les critiques que l’on veut  à l’organe d’appel, mettre en cause des délais trop longs, l’arrogance des attendus, l’interprétation des textes juridiques (qui est aussi la conséquence de leurs imprécisions, voire de leurs contradictions). On peut même proposer les moyens d’y remédier comme le fait, par exemple, l’Union Européenne. Mais, pour l’administration actuelle, les critiques ne sont que des prétextes et il existe bien peu de chances qu’un quelconque projet de réforme la satisfasse. Les États-Unis ne veulent plus voir leur politique commerciale contrainte par l’OMC ! Bien pire : il n’est même pas acquis que les possibles  challengers de Donald Trump pensent différemment (espérons-le, néanmoins)…

Malgré ses défauts, la procédure de règlement des différends n’avait pourtant pas démérité, loin de là. N’avait-elle pas contribué à mettre un terme aux guerres commerciales de l’ère Reagan ? N’avait-elle pas prévenu d’autres guerres qu’après la crise de 2008 beaucoup avaient considéré comme inéluctable ? A contrario, le blocage actuel montre que le préalable pour renouer avec le bellicisme commercial est bien de s’en affranchir.

Brexit : une usine à gaz explosifs

Première réaction au texte adopté ce 17 octobre par le Conseil européen qui permettrait d’échapper au No Deal s’il était accepté par les Communes (ou par référendum, qui sait ?). Ce texte est un rafistolage, une usine à gaz et peut-être même à gaz explosif.

Le texte initialement accepté par Theresa May est repris. Seules l’annexe sur l’Irlande et la déclaration politique sont modifiées. En d’autres termes, l’Irlande du Nord restera bien un territoire douanier à part relevant du marché unique européen. La province irlandaise constituera néanmoins un territoire douanier autonome qui formera à terme une Union douanière avec la Grande-Bretagne. En soi, c’est un assemblage plutôt baroque…

Pendant la période de transition qui durera un an ou vraisemblablement beaucoup plus, rien ne sera vraiment changé, la Grande-Bretagne restant dans une Union douanière avec l’Union européenne. Mais après….

Les frontières extérieures de l’Union ne passeront pas entre les deux Irlande. C’est l’île dans son ensemble qui constituera le point d’entrée des biens importés des pays tiers. Pour les biens débarqués en Irlande du Nord, il reviendra aux douaniers britanniques de faire le tri entre ce qui restera à coup sûr en Irlande du Nord et qui se verra appliquer les droits britanniques et ceux qui « risquent » de passer au Sud et à qui appliqueraient les droits européens. Les exportations britanniques vers l’Irlande du Nord se verraient appliquer le même régime, mais les contrôles pourraient se faire au Royaume-Uni. Bien entendu, les critères qui permettront d’apprécier les risques restent à négocier.

C’est accorder une très grande confiance aux douanes britanniques d’autant plus qu’aussi subtils soient les futurs critères du « risque » ils auront peu de chance d’être à la hauteur des firmes multinationales et des trafiquants qui se rejoignent dans l’art de contourner les textes et les territoires. De plus, pour les entreprises, l’entrée en Irlande du Nord étant plus compliquée sera aussi plus coûteuse. C’est, ce que les économistes appellent une « perte sèche ».

Le régime douanier de l’Irlande du Nord sera inédit : appartenance à la fois au marché intérieur européen et à l’Union douanière britannique. La première situation n’est pas explicitement reprise dans le texte du 17 octobre puisqu’elle était prévue dans le texte antérieur. Il y aura donc liberté de circulation entre les deux Irlande sans droits de douane et avec des normes qui grosso modo sont celles appliquées sur la marché intérieur. L’Union douanière entre l’Irlande du Nord et la Grande-Bretagne est en revanche affirmée. La première sera partie prenante des traités commerciaux qui pourraient être conclus par la seconde. Si, par exemple, un traité de libre échange devait être signé avec les États-Unis (après la période de transition, ce sera possible) l’Irlande du Nord appliquerait des droits nuls aux importations américaines ce qui rendrait le détournement de trafic via la République d’Irlande encore plus tentant et la nécessité de règles d ‘origine extrêmement strictes que les douaniers britanniques accepteraient de vérifier avec zèle. On ne prend pas beaucoup de risques en prédisant que les négociations à venir risquent d’être bien difficiles et, en portant son regard encore plus loin, on peut d’ores et déjà annoncer l’ouverture dans cinq, dix ou vingt ans d’un débat sur une Europe passoire entretenue par la perfide Albion…

Mais le marché intérieur britannique lui-même est exposé. Ce n’est sans doute pas une grave préoccupation pour Boris Johnson qui s’est dit prêt à ouvrir son marché au Monde entier, mais qu’en sera-t-il vraiment ? En effet, les produits originaires de l’Union européenne ou de pays tiers une fois entrés en Irlande du Sud pourraient transiter par l’Irlande du Nord pour se déverser en Grande-Bretagne. Certes le problème pourrait être plus ou moins résolu avec l’Europe si un traité de libre-échange était finalisé et avec le reste du Monde si le Royaume s’ouvrait à tous les vents renouant ainsi avec son glorieux passé (plus mythique d’ailleurs que réel), mais on n’en est pas encore là.

Il faut bien le reconnaître, la défense du marché intérieur de l’Union européenne ressort affaibli de l’accord et la volonté légitime d’échapper à un No Deal catastrophique a sans doute conduit à glisser la poussière sur le tapis en se disant qu’il serait bien temps par la suite d’achever le balayage… C’est d’ailleurs toujours un peu comme ça que s’achèvent les négociations et c’est aussi pour ça qu’assez souvent l’histoire les juge sévèrement.

Nomination de Kristalina Georgieva. Pourquoi le FMI est-il toujours dirigé par un (e) Européen(ne)?

La nouvelle Directrice Générale du FMI, Kristalina Georgieva

Ce 25 septembre 2019, le conseil d’administration du Fonds Monétaire International a choisi une économiste bulgare, Kristalina Georgieva, pour succéder à Christine Lagarde à la tête de l’institution.

Le Fonds Monétaire International (FMI) et la Banque Mondiale furent créés par les accords de Bretton Woods en juillet 1944. Il faudra attendre néanmoins la Conférence de Savannah en mars 1946 pour que les « détails » soient définitivement réglés : localisation des institutions, profil des futurs dirigeants et … rémunération.

Mais ce qui intéresse les Etats-Unis à Bretton Woods, c’est le FMI dont les statuts définissent le système monétaire international et donc l’hégémonie du dollar. La Banque Mondiale doit certes aider à la reconstruction, mais ce n’est qu’un complément utile et peu stratégique. Le sujet, introduit tardivement dans l’ordre du jour, permet surtout aux Américains d’isoler l’indomptable négociateur anglais, John Maynard Keynes qui se voit confier la Présidence de la Commission chargée de discuter ses statuts . Ils verrouillent ainsi d’autant mieux la Commission en charge du FMI et présidée par Harry Dexter White, assisté d’un autre fonctionnaire du Trésor, Edward Bernstein.

Harry Dexter White n’était que l’assistant du Secrétaire au Trésor et Président de la Conférence, Henry Morgenthau Jr. Mais l’histoire a davantage retenu son nom que celui de son Ministre, ami intime du couple Roosevelt. White s’était très vite imposé comme l’inspirateur du nouveau système monétaire international que les Etats-Unis fonderaient sur les décombres de l’ancien étalon-or. Dès 1943, le « plan White » s’oppose au plus ambitieux « plan Keynes », mais tous les deux reconnaissent la nécessité de créer une organisation internationale dans le cadre des Nations Unies plus chères d’ailleurs à Roosevelt qu’à Churchill….

White est le grand vainqueur de Bretton Woods et, en quittant le Mount Washington Hotel qui accueillait la Conférence, tous les participants étaient convaincus qu’il serait le premier Directeur Général du FMI.

Non seulement, White ne sera pas désigné, mais les Etats-Unis se résigneront à nommer un Européen, le Belge Camille Gutt. Ils se satisferont de la Direction de la Banque Mondiale. Le fameux « accord tacite » vient de là.

Que s’était-il donc passé de si grave pour justifier l’éviction de White, célébré encore aujourd’hui, avec Keynes, comme le père fondateur du FMI ?

White sera certes nommé au Conseil d’administration, mais presque par erreur. Depuis de nombreuses années quelques personnalités, comme l’universitaire Adolf Berle, proche conseiller de Roosevelt, avaient été avertis par des transfuges que de hauts fonctionnaires insoupçonnables étaient des agents d’influence et des informateurs du GRU et du NKVD, les deux agences de renseignement de l’Union soviétique. Deux administrations étaient particulièrement concernées : le Département d’Etat et le Trésor. Des listes circulaient où apparaissait souvent le nom de Harry Dexter White. Le FBI du terrible Edgar Hoover, était informé mais, étrangement, cet anti-communiste convulsif, sans doute vexé de ne pas avoir démasqué lui-même les traîtres, avait préféré le déni. Une fois la guerre achevée, deux listes finissent pourtant par attirer l’attention : celle que Berle avait dressée en 1939 et fondée sur la confession d’un ancien agent, Wittaker Chambers et celle plus récente d’Elizabeth Bentley qui avait servi d’agent de liaison. Non seulement White apparaît mais avec lui plusieurs hauts fonctionnaire du Trésor qu’il avait lui-même embauché et dont beaucoup, six au total, l’avaient accompagné à Bretton Woods dont le présumé chef de réseau Nathan Silvermaster.

Le FBI se met donc au travail et met en place une surveillance serrée de Harry Dexter White, de son épouse et de ses deux filles . Le 1 er février 1946, quelques semaines avant l’ouverture de la Conférence de Savannah prévue le 8 mars, Edgar Hoover transmet au Président et au Secrétaire d’Etat James F. Byrnes un mémorandum accusateur contre White et le réseau Silvermaster auquel il appartiendrait. Le document est retransmis à au Secrétaire au Trésor, Fred Vinson. Les allers-retours prennent du temps. Pas assez pour bloquer la nomination de White à la Direction Générale du FMI mais trop pour empêcher une nomination au Conseil d’administration approuvée par le Congrès.

Deux ans plus tard, en août 1948, White mourra d’un arrêt cardiaque trois jours après avoir tenté de convaincre une Commission du Congrès de son innocence et subi les assauts d’un jeune représentant hargneux, Richard Nixon.

Simultanément, dans le cadre du programme Venona, les cryptographes déchiffraient les messages envoyés des pays alliés vers l’URSS où White apparaît plusieurs fois sous un nom codé.

Quelques années plus tard, la Commission Mac Carthy mettra en cause Truman qui avait nommé White au Conseil d’administration du FMI en toute connaissance des soupçons qui pesaient sur lui. Il s’en expliquera. Vraisemblablement, il n’avait pas eu connaissance sinon du projet Venona, du moins des décryptages en cours. Ainsi, la CIA, le FBI et même les MI5 (contre-espionnage) et MI6 (espionnage) anglais, eux mêmes gangrenés par des espions soviétiques (Guy Burgess et Kim Philby connaissaient Venona) en auraient ainsi su plus que le Président Truman lui-même !

Toujours est-il que grâce à l’espionnage soviétique et aux maladresses de Hoover, le FMI a toujours été dirigé par un Européen. Pour combien de temps encore ?

Brexit : l’impossible négociation

Britain’s Northern Ireland Secretary Julian Smith (L) and Britain’s Prime Minister Boris Johnson arrive at Stormont House, Belfast for talks on July 31, 2019. / AFP / POOL / –

Ici et là, dans la presse et les réseaux sociaux, au moment même où le nouveau Premier Ministre britannique ignore superbement la Commission européenne et les dirigeants européens, certains commentateurs, généralement assez peu europhiles, appellent à la réouverture des négociations afin d’éviter un No Deal catastrophique pour tous et, en premier lieu, pour l’Union Européenne.

Ils font bien entendu le jeu de Boris Johnson dont la stratégie est justement de présenter l’Union Européenne comme une institution arrogante et punitive. Et si une frontière devait être rétablie entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord, ce ne serait pas de son fait -il vient de le promettre (il est vrai que les promesses de Boris sont, comme le disait ma grand-mère, des promesses d’ivrogne)- car les douaniers seraient du côté de la République d’Irlande, donc de l’Union Européenne. Car telle est sa tactique : rendre le No Deal destructeur pour l’Union en la forçant à rétablir une frontière dont l’Irlande ne veut pas. Selon lui, cette menace devrait faire céder l’Europe.

Et il est vrai qu’en cas de No Deal, l’Union Européenne ne pourra échapper au rétablissement d’une frontière. Pourquoi ? Pour que le Monde entier ne fasse pas transiter ses marchandises par l’Irlande du Nord pour se déverser sur le marché européen via la République d’Irlande.

Les commentateurs qui entretiennent la flamme borissienne en dénonçant l’intransigeance de l’Union européenne laissent croire que celle-ci est fermée à toute négociation. C’est vrai pour l’accord de sortie, ça ne l’est pas pour la déclaration politique qui prépare une future négociation sur les relations futures avec l’Union européenne. Entre les deux, une Union douanière serait maintenue évitant de rétablir une frontière entre les deux Irlande.

L’accord de sortie signé par Theresa May et rejeté par trois fois prévoit un engagement de backstop c’est-à-dire un non rétablissement de la frontière ce qui pérenniserait l’Union douanière entre le Royaume et l’Union Européenne. Or, pour les Brexiters, la sortie du Royaume-Uni avait justement pour avantage de lui faire retrouver l’indépendance de sa politique commerciale, négocier avec le Monde -particulièrement le Commonwealth- ses propres traités commerciaux ce qui lui serait interdit dans une Union Douanière où la politique commerciale envers les pays tiers est commune. C’est d’ailleurs cela qui permet de s’affranchir des frontières. Sur ce point, les Brexiters n’avaient pas tort. Le backstop rend difficile d’autres solutions que l’Union douanière.

L’Union Européenne avait-elle le choix ? Non. Elle est partie prenante de l’accord du Vendredi Saint (1998) qui prévoyait l’abolition de la frontière entre les deux Irlande. Oublier le backstop, c’était non seulement renier ses engagements mais se désolidariser d’un pays membre, la République d’Irlande. Ce n’est pas punir l’Angleterre que de faire en sorte que son choix ne fasse pas éclater l’Union (mais on comprend que cette perspective réjouisse nos commentateurs eurosceptiques qui n’attendent que cela).

Les commentateurs qui feignent de jeter un regard condescendant sur le Royaume et critique sur l’Union oublient pourtant deux choses.

La première est qu’une partie importante de la classe politique anglaise -travaillistes, libéraux, une partie des conservateurs- s’accommoderait très bien d’une Union douanière avec l’Union Européenne. Si les négociations entre Theresa May et les travaillistes ont échoué c’était parce qu’une partie de sa majorité refusait cette option.

La seconde est que, quoiqu’en disent les commentateurs condescendants, il existe des solutions qui restent accessibles puisque négociables dans le cadre des futures négociations. La plus évidente est de faire de l’Irlande du Nord un territoire douanier autonome (comme le sont déjà plusieurs possessions de la couronne comme les iles anglo-normandes ou l’ile de Man) lui permettant de rester dans une Union douanière, la Grande Bretagne (avec ou sans l’Ecosse, mais c’est une autre histoire) mettant en place un autre régime : traité de libre-échange ou pas de traité du tout…. Certes, cette solution impliquerait d’établir une frontière entre l’Irlande du Nord et la Grande-Bretagne et donc fractionner davantage le Royaume-Uni. Mais le No Deal risque de conduire à une coupure plus franche encore et peut-être même plus brutale. Cette option raisonnable avait été proposée par l’Union Européenne mais refusée par Theresa May qui avait besoin des députés irlandais unionistes pour conserver sa majorité. Cette solution reste accessible dans la négociation « post-deal ».

Le problème n’est donc pas l’entêtement et l’intransigeance de l’Union européenne, mais dans la crise politique que traverse le Royaume après un référendum qu’avait accepté David Cameron pour … la prévenir.