Esther Duflo, « Un grand moment keynésien ». Oui, mais lequel ?

Mon livre « Mondialisation à la dérive. Europe sans boussole » téléchargeable gratuitement au format e-book jusqu’au 4 avril 2020

Ce matin, 31 mars 2020, sur les antennes de France Inter, Esther Duflo a affirmé et réaffirmé que nous étions dans un « grand moment keynésien ».

Pour beaucoup, y compris pour notre talentueuse Prix Nobel, ce « moment keynésien » ne peut être que celui  d’un retour redouté au chômage de masse dû à une insuffisance de la demande. La politique économique adéquate serait alors  « keynésienne » et passerait par une augmentation des dépenses publiques pour soutenir la demande.

Avant de passer à la critique, un petit aparté. Contrairement à ce qui est souvent affirmé ou sous-entendu, y compris par quelques brillants économistes, le « new deal » rooseveltien n’est pas la relance « keynésienne ». On sait d’ailleurs  que le Président américain ne supportait pas l’économiste anglais qui ne manquait pas de le critiquer. Roosevelt, tout comme son Secrétaire au Trésor, Morgenthau Jr, étaient en effet acquis à l’orthodoxie de l’équilibre budgétaire : l’augmentation des dépenses publiques devait être financée par l’impôt (d’où les taux marginaux très élevés qu’on ne manque plus de rappeler) alors que Keynes, au contraire considérait le déficit même pas comme un mal nécessaire mais comme consubstantiel à la relance.  De fait, l’Amérique du New Deal avait replongé en 1937.

Pourtant, comme l’a rappelé récemment le biographe de Keynes, Lord Skidelsky[1],  il existe un autre grand moment « keynésien », un peu oublié mais sans doute plus pertinent aujourd’hui. C’est celui de la mise en place d’une économie de guerre. On doit alors remiser la Théorie générale (1936) pour ouvrir How to Pay for the War (1940) qui en prend l’exact contrepied. Comme aurait dit Keynes lui-même (mais c’est une citation sans doute apocryphe) : « Quand les faits changent, je change d’idée. Et vous, que faites-vous, Monsieur? ».

Qu’est-ce qui aurait donc changé entre les années 1930 et 1940 ? Tout.

Une grande partie des travailleurs a quitté les usines pour l’armée. Le chômage s’est évanoui et les capacités de production sont insuffisantes pour produire à la fois « le beurre et les canons ».  L’Angleterre ne produit pas assez de beurre et se languit des livraisons américaines de canons. En d’autres termes, la question économique n’est plus l’insuffisance de la demande mais son excès, non par rapport aux besoins des individus, bien sûr, mais relativement aux exigences d’une économie de guerre où les capacités de production sont contraintes et préemptées. Pour éviter l’inflation, le gouvernement anglais choisit le rationnement contre l’avis de Keynes. Que propose-t-il  à la place ? Notamment réduire la demande en l’ajustant à l’offre par l’augmentation des impôts (particulièrement pour les riches, il est vrai, mais pas seulement) ce qui aurait deux avantages : limiter le rationnement et laisser les consommateurs libres de leur choix de consommation (Hayek lui-même approuvait les recommandations de son ennemi préféré, c’est dire !). De plus, cette politique faciliterait la sortie de guerre, l’obsession de Keynes dès 1940. Elle limiterait le risque d’inflation. De fait, le rationnement a été maintenu en Angleterre  jusqu’à la fin des années 1940…

De même qu’au début des années 1940 les keynésiens purs et durs avaient moins bien compris que Keynes lui-même  la rupture provoquée par la guerre, les économistes « keynésiens » d’aujourd’hui (fraichement reconvertis parfois) ont une fâcheuse tendance à rester campés sur une position pré-Covid-19.

À cette époque, c’est-à-dire  il y a moins de trois mois -autant dire un siècle !- , le ralentissement d’une croissance soutenue à bout de bras par la politique monétaire, pouvait certes justifier des politiques budgétaires plus actives qui s’affranchiraient de l’ « orthodoxie budgétaire ». Le FMI et Christine Lagarde ne se lassaient-ils pas des gouvernements qui attendaient un peu trop de la seule politique monétaire ?

Pourtant la crise économique qui se dessine nous  rapproche davantage de 1940 que des années 1930 ce qui n’est d’ailleurs pas une bonne nouvelle.

Quelle sera donc la sortie de crise sanitaire puisque telle est la question ?

Pour Esther Duflo et bon nombre d’économistes, ce sera une insuffisance de la demande. La perte de revenu et la mise au chômage des travailleurs conduiraient à un scénario « grande récession », ce qui justifierait des politiques de relance dont on ne sait si elles se situeraient dans le moment  « Rooseveltien » (augmentation des impôts, sur les « riches ») ou dans le moment « Keynésien » 1936 (déficit budgétaire assumé). Les deux, mon Général, croit-on comprendre en écoutant l’économiste du MIT.

Mais l’insuffisance de la demande est-elle le premier défi qu’affrontera l’économie mondiale post-Covid ? Ne risque-t-on pas plutôt, transitoirement peut-être, un excès plutôt qu’une insuffisance de demande ? La production ne prendra-t-elle pas un certain temps avant de se rétablir et répondre à une demande qui pourrait exploser. Les ménages -sinon les entreprises (reconstitution des stocks pour certaines d’entre elles,…)-  de facto rationnés pendant la période de confinement ne pourraient-ils pas  provoquer un choc positif de demande, éventuellement amplifié par un besoin de compensation qui favoriserait une consommation boulimique.

On ne peut y échapper. La réduction « exogène » de l’offre doit conduire à une réduction de la demande. Si, aujourd’hui, le confinement assure cet ajustement, il n’en sera pas de même une fois celui-ci levé.

Préserver le pouvoir d’achat est pourtant  une obligation sociale et politique. Il préserve surtout le potentiel de production en limitant les faillites et les licenciements ce qui n’est pas rien. Néanmoins, soutenir ce traitement social de la crise, peut-être même l’intensifier, ne doit pas nous empêcher d’en évaluer les risques, notamment un excès de demande par rapport à une offre transitoirement insuffisante.

La réponse « keynésienne » (version 1940) à cette surchauffe serait une hausse des impôts qui viserait un spectre relativement large de ménages -puisqu’il s’agirait de contenir la demande et non, comme chez Esther Duflo, de financer le déficit- avec éventuellement, comme Keynes le concédait en 1940, la promesse d’un remboursement futur. L’acceptabilité de ce type de mesure est pourtant loin d’être acquise, tout particulièrement en France qui a toutes les raisons de redouter une explosion sociale.

L’absence de médicaments peut certes tuer le malade, mais trop peut le tuer tout autant, par empoisonnement ou par effets secondaires. La « relance » entendue comme un déficit budgétaire est inévitable même si elle est plus subie que choisie. Elle accompagne toutes les guerres. Mais mal dosée et mal ciblée, elle a aussi accompagné beaucoup de souffrances et de désastres d’après-guerre.

En rajouter encore en confondant la crise actuelle avec celle des années 1930, et en menant des politiques « keynésiennes » de relance (au sens de 1936) pour répondre à une crise de demande qui n’est pas avérée, serait contre-productif avec de sérieux risques d’inflation qu’une possible « déthésaurisation » de l’épargne accumulée par les ménages pourrait encore amplifier.

Et si relance de la demande  il doit y avoir, elle devra attendre que la production ait retrouvé sa capacité d’y répondre.

On savait depuis longtemps que l’économie n’était pas une science exacte et que ses prévisions ne valaient pas toujours mieux qu’un tirage aléatoire.  On savait aussi qu’elle pouvait se tromper de diagnostic. On ne se consolera pas en constatant que l’épidémiologie ne fait guère mieux.


[1] (https://www.project-syndicate.org/commentary/keynes-how-to-pay-for-war-against-covid19-by-robert-skidelsky-2020-03)

Le climat n’est pas la seule raison de refuser un accord commercial avec les Etats-Unis

En savoir plus sur ces questions en lisant mon livre : Mondialisation à la dérive. Europe sans boussole

En refusant de signer le mandat que le Conseil doit donner à la Commission pour engager des négociations commerciales avec les Etats-Unis, le Président Macron respecte sa promesse d’exiger que le pays concerné ait ratifié l’accord de Paris.

Mais le climat n’est pas seule raison pour refuser la négociation d’un traité commercial avec les Etats-Unis. Voici une liste de raisons non exhaustives (à chacun de compléter par ses certitudes):

  • Un accord de libre-échange doit répondre à une volonté commune et non à une menace. Il ne se négocie pas le couteau sous la gorge.
  • Comme le montre le précédent de la renégociation de l’ALENA, un accord de libre-échange n’empêchera pas les Etats-Unis de surtaxer les exportations européennes d’acier et d’aluminium en violation des règles de l’OMC.
  • La Commission espère régler un différend entre l’UE et les Etats-Unis . Mais c’est comme transporter de l’eau dans une épuisette. La fonction d’un accord commercial est d’ouvrir le commerce, pas d’éviter sa fermeture.
  • Le cas échéant, le conflit devrait être réglé au niveau de l’OMC . En négociant un traité bilatéral, l’UE se résigne à délaisser une procédure de règlement des différends qui a fait ses preuves même si elle gêne les Etats-Unis qui voudraient que l’OMC donne toujours raison aux Etats-Unis et jamais aux pays plaignants. En cherchant une sortie par un accord commercial « bilatéral » , on évite de traiter la mise en cause américaine d’un multilatéralisme que, par ailleurs, l’Union Européenne prétend défendre. Quid du veto américain à la nomination de nouveaux juges à l’organe d’appel, ce qui risque de bientôt bloquer la procédure ?
  • La négociation est une illusion. Elle est condamnée à échouer tout comme a échoué la négociation transatlantique (TTIP) suspendue en 2016. Certes, le mandat européen sera cette fois beaucoup moins ambitieux. C’est un adieu aux accords de « la nouvelle génération ». Mais cela n’implique pas que la négociation sera plus facile. En effet, on réduit d’autant le « grain à moudre » c’est à dire les concessions qu’une partie pourrait échanger contre celles de l’autre partie. Rappelons d’ailleurs que pour être OMC-compatible (article XX du GATT), l’ouverture des marchés devra tout de même concerner l’essentiel du commerce de biens.
  • Et justement, sans même attendre les incompatibilités qui ne manqueront pas d’apparaître en cours de négociation, avant même leur ouverture, les Etats-Unis sont en désaccord sur les thèmes couverts par le mandat européen qui excluraient, notamment, l’agriculture, ce qui laisse bien augurer de la suite !
  • Compte tenu du scepticisme croissant vis-à-vis de l’ouverture commerciale, qu’il soit justifié ou non, le coût politique de cette négociation (et que dire d’un accord si, par miracle, il se réalisait !) ne sera pas compensé par un gain économique en terme de baisse de prix des biens importés. Les droits de douane moyens sont déjà très faibles en moyenne même si les écarts peuvent être importants dans certains secteurs : plus élevés pour les automobiles en Europe, pour les poids lourds aux Etats-Unis. Les gains seront d’autant plus faibles.
  • Contrairement à une idée fausse, un traité de libre-échange supprime les droits de douanes mais ne « facilite » pas les échanges c’est-à-dire des formalités douanières coûteuses. Pour bénéficier de l’exonération douanière, les pays devront démontrer que l’origine des biens exportés répond aux règles préalablement négociées. Si, par exemple, les règles de l’ALENA renégocié étaient appliquées, Mercedes devrait démontrer que les automobiles que la firme allemande exporte aux Etats-Unis contiennent (entre autres) 75% de valeur ajoutée européenne ou américaine.
  • Ces règles d’origine auront d’autres effets négatifs qui pèseront sur les gains économiques . Elles contraindront les entreprises européennes (mais aussi américaines) à acheter des composants produits chez l’un des partenaires, même s’ils sont plus chers qu’ailleurs, au Canada, en Corée ou en Chine par exemple. Le comble de l’absurde est que l’UE -mais aussi les Etats-Unis- ont déjà des accords de libre-échange avec d’autres pays qui ont leurs propres règles d’origine. Satisfaire les exigences d’un traité avec l’un – le Canada ou la Corée, par exemple- diminue les chances de pouvoir les respecter avec les autres à moins de fragmenter la chaîne d’approvisionnement et gonfler encore davantage les coûts de production. Techniquement, cette difficulté pourrait être atténuée grâce à des règles de cumul ce qui reviendrait de facto à élargir le traité UE-USA aux pays avec lesquels des accords existent déjà. Politiquement, les négociations seraient extrêmement difficiles et, à supposer, que tous les autres problèmes aient été résolus, ce qui est déjà très optimiste, la négociation des règles d’origine suffirait à tout faire capoter.

La question du Brexit a fini par diviser l’Europe. L’Union Européenne doit-elle s’encombrer d’un nouveau sujet qui élargir ces failles qui minent l’Europe. Toutes proportions gardées, le Conseil, qui décide à la majorité qualifiée, va donc nous entraîner dans de nouvelles impasses . N’ayons aucune illusion. Même si les deux parties parvenaient à signer un accord : sa ratification serait très improbable aux Etats-Unis comme en Europe. En retour, comme cette ratification sera improbable, la conclusion de la négociation le sera aussi !