Fake news : Keynes a revêtu un gilet-jaune

On attribue à Keynes cette phrase : « quand les faits changent, je change d’avis. Et vous que faites-vous, Monsieur ? ».

Il aurait été souhaitable que Eric Berr, Virginie Monvoisin, Jean-François Ponsot et Gregory Vanel s’inspirent de ce pragmatisme avant de publier Relire Keynes à la lumière des « gilets jaunes » dans Les échos du 8 janvier.

Respect des faits : « Toute économie moderne fait face à des défis majeurs : chômage de masse, hausse des inégalités, instabilité financière et insoutenabilité de la croissance. » écrivent-ils. Hausse des inégalités ? Sans aucun doute, encore faut-il s’entendre sur sa nature, sa quantification et ses effets. Instabilité financière ? Oui, hélas, encore faut-il se souvenir que les marchés financiers se nourrissent des titres de la dette publique. Insoutenabilité de la croissance ? à voir et, d’ailleurs, ce n’était pas l’avis de Keynes qui avait abjuré son malthusianisme de jeunesse (les faits, toujours les faits). Mais chômage de masse, non, trois fois non ! Pourtant c’est bien pour le combattre que sont censées s’appliquer les politiques généralement qualifiées de « keynésiennes ».

Dans les années 1930, le chômage avait atteint jusqu’à 25% de la population active. Mais les faits des années 30 ne sont pas ceux d’aujourd’hui, loin de là ! Le chômage provoqué par la grande récession de 2008 a été absorbé dans la plupart des économies « modernes » (sans que je sache très bien qui est moderne et qui ne l’est pas) et c’est même plutôt le suremploi qui pose aujourd’hui un problème à des pays comme les Etats-Unis, l’Allemagne, la Grande-Bretagne ou le Japon. Certes, quelques pays comme l’Italie, l’Espagne ou … la France restent à la traîne ce qui pose de vraies questions. On peut reprendre la rengaine de statistiques qui masquent la précarité, le temps partiel et les bas salaires mais de là à affirmer que le plein emploi serait une illusion statistique et que les pays « modernes » connaîtraient un chômage de masse ! Dans tous les pays « modernes » la création d’emplois l’emporte largement sur les destructions. Même en France qui, en partie pour des raisons démographiques, conserve néanmoins chômage « conjoncturel » de 2 ou 3 % (en étant plutôt large), ce qui n’est pas rien mais pas suffisant pour évoquer un chômage « de masse ». Les 6% qui restent sont davantage imputables à des transitions technologiques, territoriales, digitales ou environnementales et à un chômage « frictionnel » (temps de passage d’un emploi à un autre) qu’à une demande insuffisante. Seules des politiques de long terme sont alors adaptées en espérant que nous ne serons pas tous morts lorsque les résultats pourront être constatés, à condition, bien sûr, qu’elles soient engagées…

Dans les années 1930, l’essentiel du chômage était de toute évidence conjoncturel et on pouvait donc légitimement s’attendre à ce qu’une injection de revenu puisse relancer la demande et donc la production, tout particulièrement dans les nouvelles industries comme l’automobile. Plus de pouvoir d’achat c’était la relance assurée des usines Ford. Depuis, les « fuites » keynésiennes loin de se colmater se sont élargies et une relance budgétaire n’aurait qu’un effet mineur sur la croissance et l’emploi non seulement parce que les effets multiplicateurs se perdraient dans les importations et, sans doute, dans l’épargne, mais aussi parce que la cible, les travailleurs victimes de la crise, est étroite. Une partie de la demande se porterait sur des secteurs qui peinent déjà à recruter (restauration, bâtiment,…). Notons d’ailleurs que si les déficits budgétaires sont aujourd’hui possibles avec des taux d’intérêt bas c’est parce que le Monde connait un excédent d’épargne et permet la mobilité des capitaux. Ce sont des pays comme la Chine, le Japon ou l’Allemagne qui financent les déficits américains, grecs ou français.

Puisque l’article inclut les « gilets jaunes » dans son titre, remarquons que ceux-ci ont moins exigé la hausse du pouvoir d’achat dans l’intention de résorber le chômage que pour mieux boucler leurs fins de mois. Cette revendication certes légitime, ne peut pas, pour autant, être présentée comme un retour à Keynes sans faire insulte à la pensée complexe et pragmatique du grand économiste. Les chômeurs ont d’ailleurs moins rempli les ronds-points que les salariés, commerçants, auto-entrepreneurs qui se désolaient parfois de l’ « assistanat » dont pouvaient bénéficier les chômeurs.

Respect des faits encore : « le personnel politique et leurs conseillers économiques rejettent l’idée de politiques contracycliques. » Comment peut-on écrire une chose pareille quand, pour contrer une crise « keynésienne », la France a laissé filer un déficit budgétaire de 7% du PIB en 2009 (12% au Royaume-Uni, 12,5% aux Etats-Unis) ! Même la vertueuse Allemagne avait crevé le plafond des 3%. Comment ignorer qu’entre 2007 et 2018, la part de la dette publique française est passée de 65% à quasiment 100% en 2018 (de 100% à 130% en Italie et de 36% à 98% en Espagne). Difficile d’affirmer alors que « le personnel politique » aurait ignoré ces moyens de « limiter l’impact des cycles ». Avec le recul, on s’aperçoit d’ailleurs que ce ne sont pas toujours les pays qui ont le plus augmenté leur dette et le plus longtemps maintenu leur déficit qui se sont le mieux sorti de la crise.

Les faits encore et toujours. Comment peut-on déplorer un rejet de politiques contracycliques quand les banques centrales des pays industriels, la Federal Reserve comme la BCE, ont vu leur bilan quadrupler en moins de dix ans et maintiennent des taux d’intérêt extrêmement bas (voire négatifs) ? Certes ces politiques monétaires non conventionnelles sont plus monétaristes que keynésiennes. Elles n’en sont pas moins « contracycliques » même si le débat sur policy mix doit rester ouvert.

Rappelons aussi que « contracyclique » ne fonctionne pas à sens unique. L’épithète signifie aussi qu’en période de croissance c’est un excédent budgétaire et une réduction de la dette qui est attendue, d’autant plus d’ailleurs qu’on s’approche du plein emploi. Si on peut accuser « le personnel politique et leurs conseillers économiques » de rejeter « l’idée de politiques contracycliques. », c’est plutôt en période de relance que l’accusation doit être portée. Aujourd’hui, l’homme politique qui doit être mis en cause est justement celui qui sert de modèle à certains gilets jaunes ou à leurs soutiens, l’inévitable Donald Trump, leur ami. Il mène une politique pro-cyclique irresponsable, qui associe une croissance forte et une politique budgétaire expansionniste et nous prépare ainsi une belle crise financière.

Lors d’une discussion avec des économistes américains, Keynes avait constaté avec dépit que ses chers collègues étaient bien plus keynésiens que lui. Si, de son vivant, on faisait dire au maître de Cambridge bien autre chose que ce qu’il pensait, que dire presque soixante-treize ans après sa mort….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s