Il y a cinquante ans : la fin du système de Bretton Woods

Ecouter le Podcast

Le 15 août 1971, il y a juste 50 ans, le président Nixon annonçait, dans une allocution télévisée, la suspension de la conversion en or du dollar et une taxe de 10 % sur les importations, reversée aux exportations, améliorant ainsi la compétitivité des produits américains.

L’allocution du Président Nixon

Quelques mois plus tard le dollar connaissait sa première dévaluation depuis 1934  et, deux ans plus tard, à la suite d’une nouvelle dévaluation, le dollar abandonnait toute référence à l’or. La monnaie américaine devenait « flottante » et la fixation de son cours était laissée au marché des changes. En abandonnant à la fois la convertibilité-or et le système de parité fixe, le Président Nixon signait la fin du système monétaire, issu de la conférence de Bretton Woods de 1944, fondé sur des changes fixes c’est-à-dire définis par des parités en or pour le dollar (35$ l’once) et en dollars pour les autres monnaies du système, elles-mêmes convertibles en dollars. La monnaie américaine devenait ainsi la « monnaie-clé » du système de financement international ce qui ne sera pas remis en cause par la décision du Président Nixon. En effet, le dollar avait acquis une position telle dans le système de paiement qu’aucune autre monnaie, pas plus le Mark (puis l’euro) ou le yen que les autres, n’étaient en mesure de contester.

Pour garantir la viabilité d’un système qui aurait pu être perturbé par la volatilité des mouvements de capitaux, le système de Bretton Woods imposait leur contrôle. De fait l’abandon du système de parités fixes permettra de lever les restrictions sur les flux de capitaux ouvrant ainsi la porte à la mondialisation financière. C’était une revanche des banquiers qui n’avaient jamais vraiment admis le système de Bretton Woods voulu par Roosevelt, par son secrétaire au trésor Morgenthau (pourtant marié à une héritière des frères Lehman qui avaient fondé une des plus solides banques américaines … jusqu’à son effondrement en 2008) et l’assistant de celui-ci, véritable architecte du système de Bretton Woods, Harry Dexter White.

Henry Morgenthau Junior
Harry Dexter White
Harry Dexter White

En juillet 1944, lorsque les délégués de 44 pays quittent le Mount Washington Hotel où s’était tenue la conférence de Bretton Woods, ils croisent les participants à une nouvelle conférence qui réunirait, cette fois, le lobby des banquiers avec pour ordre du jour … la condamnation du traité (symboliquement) signé la veille dans la Gold room de l’hôtel. Un quart de siècle plus tard, la fin du système de Bretton Woods sera leur revanche.

Lorsque commencent les travaux fin juin 1944, à Atlantic City puis à Bretton Woods, un hameau montagneux du New Hampshire, White était, depuis deux ans au moins, en opposition frontale avec le représentant britannique, le célèbre économiste John Maynard Keynes. L’Américain voulait que le dollar ravisse à la livre sterling son statut de monnaie internationale avec même une hégémonie que la monnaie britannique n’avait pas acquise. Il est vrai qu’alors, les États-Unis disposaient d’environ 80% des réserves d’or mondial alors que le Royaume-Uni, ruiné par les deux guerres, n’avait plus rien. Arrimer le dollar à l’or faisait de la monnaie américaine la seule monnaie susceptible d’être le pivot d’un système arrimé à l’or.

White ne doutait pas de la pérennité du système qu’il avait fait accepter. Il avait tort. Lorsque, à partir des années 1960, le déficit courant américain se creuse, que le dollar est attaqué sur les marchés financiers et que les réserves d’or fondent, le système voulu par les États-Unis en 1944 devenait intenable. La politique expansionniste des États-Unis devenait incompatible avec la stabilité du dollar. Les banquiers, exaspérés par des réglementations qui limitaient les exportations de capitaux ce qui les empêchaient de jouir d’une meilleure rentabilité à l’extérieur, continuaient à faire pression pour que celles-ci soient levées.

Harry la taupe : ce père fondateur du capitalisme américain qui était en  fait un espion soviétique | Atlantico.fr
White et Keynes à Bretton Woods

Comme le visualise le fameux triangle de Mundell, le 15 août 1971, Nixon renonçait aux changes fixes pour libérer sa politique économique de la contrainte extérieure et permettre la libre circulation des capitaux. C’est ce jour là que s’ouvrait l’ère de la globalisation financière.

Why a Top U.S. Official Was Accused of Being a Soviet Spy After Pearl  Harbor - HISTORY
White prêtant serment lors de son audition au Congrès (août 1948) quelques jours avant sa mort

Le fait que ce soit le président Nixon qui décide la fin du système monétaire de Bretton Woods voulu par Harry White est un fichu clin d’œil à l’histoire. À la fin de la guerre, c’était lui, jeune représentant de Californie qui fut, au sein de la commission des activités antiaméricaines, le plus teigneux accusateur de Harry Dexter White, dénoncé comme espion soviétique par des repentis[1]. Celui-ci mourra d’ailleurs d’une crise cardiaque, en août 1948, quelques jours seulement après son audition,. Il est vrai que l’analyse ultérieure des décryptages des messages codés (opération Venona), envoyés des États-Unis vers l’Union soviétique confirmeront plus tard  les « imprudences » (et un peu plus) de White.

Celui qui, contre Keynes partisan d’une plus grande souplesse, voulait faire du FMI un modèle d’exigence, de rigueur et d’austérité, bref, dirait-on aujourd’hui, une incarnation de l’idéologie néo-libérale, était un admirateur d’une planification à la soviétique qui, selon lui, devrait inspirer les États-Unis !


[1] À noter qu’alors le futur sénateur McCarthy est un inconnu…

En savoir plus :

La bataille de Bretton Woods, L’express

Les accords de Bretton Woods : un champ de bataille, The Conversation

Il y a 75 ans, la « vraie » signature du traité de Bretton Woods, The Conversation

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s