Keynes, le « Lappin » de Virginia Woolf ?

John Maynard Keynes (Maynard pour les intimes) et Virginia Woolf étaient amis et rivaux. Ils aimaient se voir, se disputer et se critiquer. Tous appartenaient à un groupe d’intellectuels et d’artistes -le groupe de Bloomsbury- athée, pacifiste et libéré.

En avril 1939, Harper’s Bazaar publiait une très courte nouvelle de Virginia Woolf, « Lappin et Lapinova » mettant en scène un couple marié dont l’amour se délite avec la fréquentation de l’insupportable famille du Monsieur et finit par se briser quand s’épuise leur petit jeu anodin qui consiste à … imiter le lapin qui remue le nez en mangeant.

Il fallait un nom plus cocasse que Rabbit. Certes « Bunny » aurait pu être choisi mais c’était celui adopté par un intime de Virginia, David « Bunny » Garnett (qui épousera plus tard la nièce de Virginia, Angelica)[1]. Le couple se surnommera donc « Lappin » (avec deux p peut-être pour rappeler les deux b de rabbit) pour lui et « Lapinova », pour elle.

Le surnom de Lapinova donné à l’épouse évoque un nom de danseuse des Ballets Russes. Et justement, Lydia Lopokova, l’épouse de Keynes avait accompagné Diaghilev. Elle fut ainsi la partenaire de Nijinsky et de Massine. Le couple Keynes ne dédaignait d’ailleurs pas les surnoms tendres et ridicules comme « Maynarochka » pour l’un et  « Lydochka » pour l’autre.

Lydia Lopokova, danseuse des Ballets Russes de Diaghilev

On trouve dans le texte d’autres passages qui confortent l’idée que Mrs et Mrs Keynes ont inspiré les personnages de Lappin et de Lapinova.

Ainsi la scène initiale du mariage est une description exacte de la quasi-émeute qui, le 4 août 1925, attendait John Maynard Keynes et Lydia Lopokova à la sortie du St Pancras Registry Office : « Ernest [Lappin]conduisit sa jeune épouse jusqu’à la voiture, frayant son chemin dans cette petite foule de curieux anonymes qui, à Londres, s’amassent toujours pour profiter du bonheur et du malheur des autres ». Virginia Woolf avait boudé ce mariage que d’ailleurs, elle désapprouvait. Mais le témoin du marié, Duncan Grant, compagnon de sa sœur Vanessa, lui avait immanquablement tout raconté[2].

1925: The wedding of the British economist John Maynard Keynes and the Russian ballet dancer M Lydia Lopokova. (Photo by Central Press/Getty Images)

La description que fait Virginia Woolf de « Lappin » pourrait tout aussi bien s’appliquer à Keynes : « … ce jeune homme pimpant et musclé, nez droit, yeux bleus, bouche bien dessinée » . chic de Kensington.

« nez droit, yeux bleus, bouche bien dessinée … »

Quand elle écrit « Son nez remuait très légèrement quand il mangeait » elle ne peut ignorer qu’à Eton, Maynard avait été affublé du surnom de « snout » (museau). Dans son Journal, parfois dans ses lettres, l’anorexique Virginia Woolf ne manquait jamais une occasion de déplorer la manière de Maynard de se comporter à table. Il mangeait trop gloutonnement au goût de l’écrivaine, élevée dans le quartier

Virginia, tout comme sa sœur Vanessa ou son beau-frère, Clive Bell, considéraient que le mariage entre l’intellectuel et la ballerine était mal assorti. Elle déplorait l’inculture et les manières rustiques de Lydia. Dans sa nouvelle : « Il était le roi Lappin ; elle, la reine Lapinova . Ils étaient opposés en tout ; lui hardi et résolu ; elle, circonspecte et changeante. Il régnait sur le monde actif des lapins ; elle vivait dans un monde désert, mystérieux ».

L’allusion au roi et à la reine n’est pas non plus anodine. Virginia s’agaçait du côté dominateur de Maynard. Dans le journal satirique familial Virginia et ses neveux, Julian et Quentin Bell, s’amusaient à se moquer du côté « royal » du couple : « Nous apprenons que la nouvelle selon laquelle les Keynes seraient à Tilton [la maison de campagne de Keynes, voisine de la maison de Vanessa Bell, Charleston] a maintenant été confirmée. La raison pour laquelle ils n’arborent pas de drapeau pour indiquer qu’ils sont en résidence (comme, pensons-nous, ils ont l’intention de le faire à l’avenir) est que le prix des Union Jacks a tellement augmenté en raison de la réintroduction de l’étalon-or que seuls les drapeaux rouges sont maintenant à un  prix abordable. Les Keynes ont préféré s’en passer« .

On peut se demander si l’insupportable famille de « Lappin » ne figure pas Bloomsbury qui ne penserait qu’à tuer les petits lapins comme elle (son beau-frère Clive Bell qui détestait Lydia était d’ailleurs un chasseur impénitent). Ce serait une auto-flagellation qui, compte tenu de la personnalité troublée mais lucide de l’écrivaine ne serait pas complètement surprenante.

C’est quand le couple « Lappin et Lapinova » cesse de s’identifier aux lapins que « finit ce mariage ». Virginia ne pensait-elle pas que dès que le charme de Lydia se serait émoussé, le couple Keynes éclaterait ? Jusqu’à quel point l’écrivaine s’identifiait-elle à la ballerine ? Son couple compliqué avec Leonard ne se nourrissait-il pas le fantasmes d’autres facéties ?

Les lapins de Tilton n’ont pas été tués. Le couple Keynes restera uni jusqu’à la mort de  l’économiste en 1946.

Certes, publiée en 1939, les critiques pensent que la nouvelle aurait été écrite en 1919. À cette date, Lydia, danseuse vedette des Ballets Russes, a bien été présentée à tout Bloomsbury … L’idylle ne commencera que quelques années plus tard. Toutefois, comme personne n’est certain de la date exacte, toutes les hypothèses reste possible.

La nouvelle « Lappin et Lapinova » figure dans le volume 2 des « Œuvres romanesques » de Virginia Woolf dans la Pléiade, éditions Gallimard. Elle est également reprise dans « Romans et Nouvelles » au Livre de poche.


[1] Ce qui ne l’empêche pas d’écrire « Bunny  évoquait un être rondouillard, mou et ridicule ». David Garnett devait son surnom à sa mère, traductrice d’auteurs russes qui faute de vison ou de renard blanc, l’habillait d’un manteau en peau de lapin. Garnett a toujours tenu à rester « Bunny ».

[2] À la mode « libérée »de Bloomsbury, Duncan Grant, était l’ancien amant de Keynes  et de « Bunny » Garnett et le père biologique d’Angelica Bell, la nièce de Virginia Woolf,…

A la marge d’une exposition : Samuel Courtauld, Bloomsbury et les Keynes

Depuis le 20 février et jusqu’au 17 juin, la Fondation Louis Vuitton présente 110 œuvres impressionnistes ayant appartenues à l’industriel Samuel Courtauld.

Bien qu’à Londres, l’Institut Courtauld soit installé sur le Strand, en plein cœur de la ville, le nom de son bienfaiteur est assez largement ignoré. Ce qui est moins connu encore sont ses liens avec le groupe de Bloomsbury et son amitié avec l’économiste John Maynard Keynes et son épouse, Lydia Lopokova. Il a connu cette dernière lorsqu’elle dansait encore dans les « ballets russes » de Diaghilev. D’ailleurs, si Courtauld n’avait pas été marié à Elizabeth, plus couramment surnommée Lil, il l’aurait peut-être épousée ! En effet, l’industriel n’était pas seulement collectionneur de tableaux. Il aimait aussi les femmes et les voitures de luxe. Plus tard, il revendra d’ailleurs sa Rolls Royce à Keynes ce qui lui vaudra les moqueries un peu jalouses de sa grande amie, Virginia Woolf.

La suite sur The Conversation

Références :

Carter Miranda, Anthony Blunt. His Lives, London : MacMillan, 2001.

Hill Polly & Richard Keynes, Lydia and Maynard. Letters between Lydia Lopokova and John Maynard Keynes, London : André Deutsch, 1989

Mackrell Judith, The Bloomsbury Ballerina: Lydia Lopokova, Imperial Dancer and Mrs John Maynard Keynes, London : Weidenfeld & Nicolson, 2008

Skidelsky Robert, John Maynard Keynes, vol. 2, The Economist as Saviour: 1920-1937, London: Macmillan

Skidelsky Robert, John Maynard Keynes, vol. 3, Fighting for Britain 1937-1946, London: Macmillan

Siroën Jean-Marc, John Maynard Keynes et le cercle des espions, The Conversation, 31 mai 2018